A la uneActus Maroc

Frêlug témoigne : « Dans toutes les crises, il y a des opportunités »

Avec l’arrêt presque total du secteur de l’hôtellerie et de la restauration depuis le début du confinement au Maroc, les fournisseurs de denrées alimentaires se sont eux-aussi retrouvés en difficultés. C’est le cas de Frêlug, spécialiste des légumes prêts à l’emploi, dont l’activité est à 80% destinée aux chaînes de restauration, aéroports, catering aérien et hôtels. « Depuis l’annonce du confinement, nous sommes en arrêt total en ce qui concerne le secteur du CHR, à l’exception bien entendu de l’activité avec quelques boulangeries, pâtisseries et autres qui maintiennent le travail », annonce Amina Oudghiri, sa Directrice générale.

En réponse à cette situation et dans le cadre de son plan de continuité d’activité, Frêlug s’est concentrée sur le développement du segment de la grande distribution qui représente, dans les conditions normales, 20% de son activité. Toutefois, n’étant pas présente sur toutes les GMS, l’entreprise a parallèlement lancé le BtoC par le biais d’un service de livraison à domicile au profit des particuliers dans les villes de Casablanca, Mohammedia et Rabat. Une initiative qui répond au besoin des gens qui évitent de sortir en cette période de crise sanitaire. « Notre objectif dans ces circonstances est vraiment de minimiser les pertes et capitaliser rapidement sur de nouvelles niches. Car dans toutes les crises, il y a des opportunités », note Mme Oudghiri.

En effet, après la reprise, Frêlug compte non seulement étendre ses zones d’intervention pour les GMS et le BtoC, mais également trouver d’autres niches sur le marché et de nouvelles opportunités, notamment avec les cliniques privées et les écoles qui s’occupent eux-mêmes de leur restauration. « Je pense qu’un produit comme le mien qui arrive lavé, nettoyé et épluché répondra aux besoins de cette catégorie », commente-elle. « Malgré les conditions difficiles, nous restons optimistes et continuons à garder espoir et à travailler au jour le jour pour traiter nos commandes avec efficacité et avancer », poursuit-elle.

Précautions redoublées

Pour prévenir tout risque de contamination au Covid-19, opérant dans le secteur agroalimentaire et étant certifiée HACCP, Frêlug suit déjà les bonnes pratiques d’hygiène et de sécurité alimentaire et applique les différentes mesures de protection (port de gants, blouses, sur-blouses, bavettes, charlottes, coiffes, utilisation de solutions hydroalcooliques et du chlore, etc.). Ainsi, l’entreprise n’a fait que renforcer ses pratiques en cette période critique, notamment en mettant en place des systèmes de décontamination des chaussures à l’entrée de l’usine, de décontamination toutes les 3 à 4 heures dans tous les endroits, de désinfection des véhicules, etc. En outre, suite à l’apparition de foyers de contamination au Covid-19 dans certaines entreprises agroalimentaires, Frêlug a limité l’accès des fournisseurs à l’intérieur et a réduit ses équipes au maximum. « Je pense que le risque est très élevé quand il y a beaucoup de monde. Ainsi, 50% de nos employés sont en arrêt et d’autres font du télétravail. Ce qui fait qu’aujourd’hui, le faible effectif présent (12 à 13 personnes) fait très attention », indique Amina Oudghiri.

Un chiffre d’affaires qui ne couvre pas les charges

Malgré la poursuite de l’activité, Frêlug n’est pas du tout au seuil de rentabilité. Le chiffre d’affaires qu’elle réalise aujourd’hui (entre 25% et 30% du chiffre d’affaires habituel) ne couvre même pas ses charges fixes. « En pleine crise, il nous sera difficile de maintenir l’emploi ou encore de se projeter dans l’avenir. La crise est là, c’est un fait et elle touche durement notre activité qui est à 80% liée au CHR », estime Mme Oudghiri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer